Tapis berbere, l’art marocain au service de votre décoration

Comment choisir son tapis berbère ?

Ce qui séduit le plus le public dans les tapis berbere, c’est que leurs motifs permettent de sortir des sentiers battus. La disposition dans une pièce peut toujours se faire de différentes manières, mais des règles de bases existent, par exemple, contrairement à une moquette, le tapis berbère n’a pas vocation à couvrir tout l’espace et toucher les murs, alors avant de choisir votre beni ouarain, boucherouite, kilim ou azilal, suivez le guide.

PromoMeilleure Vente n° 2 Decoweb Tapis Motif Berbère...
Meilleure Vente n° 3 Paco Home Shaggy Tapis Salon...

Pour le salon

tapis berbere salon

Avant de le choisir, il faut bien penser l’espace qui va l’accueillir, quelques astuces simples peuvent vous y aider :

  • La largeur ne doit pas être inférieur à celle du canapé ;
  • Il doit idéalement dépasser de 10 à 20 cm chaque côté de ce meuble ;
  • Vous pouvez disposer tout ou partie des fauteuils dessus.

Pour vous faire une idée de la disposition du tapis dans le salon, effectuez des simulations à l’aide d’un drap.

Pour la salle à manger

tapis berbere salle à manger

Nos recommandations (voir détail produit en ligne sur la droite, livraison gratuite) :

  • Le modèle à poils reste la meilleure option, mais il ne faudrait pas que les poils soient trop longs ;
  • Que la table soit rectangulaire ou ronde, rajoutez 120 cm à sa dimension;
  • Exemple : si votre table fait 190 x 90 cm, orientez-vous vers une dimension de 310 x 210 cm.

Pour la chambre

tapis berbere chambre

Il y a deux manières de disposer le ou les tapis berbere chambre :

  • Soit vous le disposez sous le lit, sachant que la pièce berbère doit dépasser le lit d’au moins 80 cm de chaque côté et de 120 cm devant comme le montre l’image avec des motifs géométriques noirs
  • Soit vous les disposez des deux côtés et devant le lit.

Le ou les tapis berbere dans le couloir

Nos recommandations (voir détail produit ci-contre, livraison gratuite) :

  • Assurez-vous d’abord que les portent ne donnent pas sur le couloir ;
  • Sachez par ailleurs qu’il vaut mieux disposer deux ou même trois exemplaires plutôt qu’une seule pièce longue ;
  • Enfin, les tapis ne sont pas censés toucher les murs, entre les murs et les extrémités, il doit y avoir un espace de 20 cm.
PromoMeilleure Vente n° 1 Tapis Salon Berber Morocco...
PromoMeilleure Vente n° 2 UNAMOURDETAPIS Tapis Grand...
PromoMeilleure Vente n° 3 Un Amour de Tapis 36712 BC...
Meilleure Vente n° 4 Atmosphera, créateur...

Quelle couleur et quel style choisir?

Dans un intérieur où le style est très présent, le tapis apporte une certaine douceur à l’ensemble, en revanche, si l’ambiance dans la pièce est plus neutre, c’est lui qui vient asseoir un style.

colori tapis berbere

Dans le détail, on est parfois amené à choisir une pièce berbère qui soit en phase avec le décor de notre intérieur, et dans cette optique, le style devrait idéalement être décalé de celui de la pièce comme par exemple, dans un appartement haussmannien, rien de tel qu’un tapis modernisé pour apporter une touche de fantaisie, en décalage avec l’aspect classique du mobilier, avec des motifs géométriques par exemple.

En ce qui concerne les couleurs, il n’est pas seulement question de préférences personnelles mais aussi de bon sens et de goût du détail, les couleurs foncées sont par exemple les bienvenues dans le couloir, les tons clairs ne sont pas non plus recommandés pour la salle à manger, mais en même temps, il faut éviter les modèles aux motifs centraux, qui resteraient de fait cachés sous la table, orientez-vous plutôt sur une pièce berbère dont toute la surface est ornée de dessins, ou alors, vous vous penchez pour un modèle avec bordure.

Mais au-delà du choix des couleurs, le tapis sert avant tout à créer une ambiance, à inspirer aussi l’envie de voyager grâce à la qualité du détail. Par exemple, les mèches longues qui caractérisent les modèles Shaggy berbere apportent une touche d’originalité et cocooning dans la pièce, d’autant que ces tapis sont moelleux et confortables. Plus largement, les tapis berbères et les kilims sont apprécient pour la touche ethnique (modernisée) qu’ils apportent dans les intérieurs, pour créer un style bohème, il convient par exemple de superposer des tapis tissés plats à motifs géométriques, ces modèles se marient facilement avec différents formats et couleurs, comme pour former un patchwork.

D’où viennent les tapis berbere?

Les tapis berbères ont une origine très ancienne et ethnique dont les premières traces remontent à plusieurs milliers d’années, les dernières découvertes scientifiques mettent en lumière une domestication des moutons il y a environ 10.000 ans sur le territoire des Berbères, à savoir les plateaux de l’Atlas. L’élevage de ces bêtes a permis aux différentes tribus de bénéficier des avantages de la laine, matière première, épaisse et moelleuse, offrant une protection efficace contre l’hiver rude de la chaîne de l’Atlas marocain.

La science établit qu’environ 8.000 ans avant notre ère, les Berbères faisaient partie des premiers hommes qui portaient des habits en laine, bien plus confortables que les traditionnels habits en peaux, mais de la nécessité de se protéger contre le froid à la naissance d’un véritable art de vivre, il n’y avait qu’un pas, le pastoralisme est vite devenu un marqueur de l’identité des Berbères, aujourd’hui encore, la culture pastorale reste très présence au Maroc.

La domestication de nombreux troupeaux de moutons a aussi permis aux tribus marocaines d’utiliser la laine pour développer des tapis berbères qui étaient à l’époque réservés à des usages strictement familiaux, servant à décorer salon et intérieur, apporter du confort, ils symbolisaient les traditions de l’artisanat marocain et des différentes tribus berbères qui vivaient sur le Moyen et le Haut Atlas marocains. Leur développement artistique n’est pas sans rappeler, au demeurant, celui des pièces persanes ou pakistanaises. En termes de motifs ou de couleurs, les modèles pakistanais affichent de nombreuses ressemblances aux tapis berbère.

Toujours est-il qu’il n’est pas rare qu’ils soient cités en exemple comme symbolisant le savoir-faire ancestral des Berbères et l’artisanat marocain. Les tribus de l’Atlas travaillaient la laine depuis plusieurs millénaires, les femmes étaient les plus impliquées dans ces ouvrages et ce sont elles notamment qui lavaient la matière première à la rivière, en utilisant des plantes saponaires. Cet art berbere s’est naturellement décliné en d’autres produits tels que le pouf berbere ou encore le coussin berbere.

Comment sont ils fabriqués?

Les origines ethniques des tapis berbères sont attribuées aux tribus Beni Ouarain, comme ils étaient avant tout destinés à des usages familiaux, leur confection était réservée aux femmes berbères et c’est pour cela que certaines boutiques de tapis mettent d’ailleurs en avant la confection à la main par les femmes berbères, le savoir-faire se transmettant de mère en fille.

Les motifs des tapis berbères reflètent aussi le quotidien de ces femmes anonymes, sur certains, les motifs mettent en avant les thèmes de la fertilité, de la naissance ou encore de la religion, les tisseuses réaliseraient également des motifs porte-bonheur ou qui protégeraient des malédictions.

Quant au processus de confection proprement dit, cela commence par le choix de la matière, les tisseuses choisissent les meilleurs moutons, qu’elles tondent elles-mêmes, puis elles lavent la laine dans la rivière et se servent de plantes saponaires puis elles entortillent la matière première jusqu’à obtenir des fils de qualité, elles créent de la densité en nouant les pièces, puis elles créent et teignent les différents motifs géométriques.

Les tisseuses terminent par le découpage et le détourage, elles s’y prennent à l’aide de ciseaux particuliers de manière à ce que les pièces aient une longueur standard, avant leur usage, les tapis sont encore lavés et séchés plusieurs fois, ce processus ultime a pour but de le durcir puis de l’adoucir.

Les différentes fibres de tapis berbères

Le toucher, la texture, le style, le côté beau, ou le prix font les différences entre les fibres de tapis berbères., nous avons recensés les fibres les plus courantes, pour vous donner une idée de leurs caractéristiques respectives.

La laine s’apprécie pour sa douceur au toucher, à la marche ou à la pose, mais aussi parce que, de manière naturelle, elle n’absorbe pas les liquides, qui plus est, n’ayant pas de zone d’écrasement, la laine ne risque pas de se déformer avec le temps, enfin, c’est une matière naturelle accessible à petit prix.

Le nylon est facilement accessible, mais s’apprécie surtout pour sa grande résistance à l’usure ou la déchirure, un atout pratique s’il est disposé dans un espace très fréquenté, comme le couloir ou la cuisine, par ailleurs, les traitements antitaches rendent cette fibre peu salissante, et en somme, le nylon est durable et peu cher.

Le triexta (PTT)  a les mêmes apparences que le polyester mais se rapproche davantage du nylon en termes de durabilité et de performance, des qualités, précisons-le, dues à un composé chimique, la fibre n’est pas une solution écologique, mais elle s’apprécie surtout parce qu’elle n’absorbe pas les taches ou les humidités, le triexta fait partie des solutions les plus abordables du marché.

L’oléfine/polyester/ polypropylène (PET) est certainement l’option la moins avantageuse qu’on puisse trouver sur le marché, étant donné qu’elle ne résiste pas aux saletés en tout genre, la durabilité n’est pas au rendez-vous, la fibre est d’autant plus vulnérable lorsqu’elle est disposée dans des endroits très fréquentés, comme les couloirs, ou qui ne bénéficient pas de la lumière naturelle – les mauvaises conditions d’éclairage rendent toujours les tapis ou les moquettes encore plus salissantes. Le polypropylène est donc la matière la moins naturelle à adopter lors de l’achat d’un tapis.

Comment s’entretient un tapis berbere?

Les tapis berbères doivent être passées à l’aspirateur régulièrement afin de rester beau et doux, l’entretien doit être régulier, autrement de la poussière finirait par s’accumuler dans les fibres., toujours est-il que pendant les premières aspirations, des peluches se forment presque inéluctablement sur la surface des tapis, ce phénomène se produit en raison de la perte de l’excédent de laine, cela ne doit pas vous inquiéter quant à la qualité des pièces berbères, car avec le temps, il y aura de moins en moins de peluches, elles finiront même par disparaitre pour garder un beau tapis.

Pour nettoyer les tâches, le plus simple est d’utiliser une éponge ou du papier absorbant pour absorber le surplus de liquide, puis vous diluez un peu de shampoing dans une grande quantité d’eau tiède, servez-vous enfin d’un chiffon ou d’une éponge pour frotter les tapis tout en douceur.

Si les tâches ne disparaissent pas complètement, l’utilisation du vinaigre blanc est recommandée.

En tout cas, utiliser la machine à laver est une mauvaise idée tout comme l’utilisation de produit type lessive, pour le faire sécher, rien ne vaut la bonne vieille méthode des tisseuses de l’Atlas marocain : placer les à l’air libre.

Vous avez peut-être envie de raviver les couleurs des tapis et le garder saint? Pour ce faire, utilisez une grande quantité de bicarbonate de soude, parsemez-en la surface avant de passer l’aspirateur.

Comment reconnaître un vrai tapis berbère ?

Comme la plupart des ouvrages confectionnés à la main et avec style, les tapis berbères possèdent certaines caractéristiques apparemment anodines, parfois atypiques pour le commun des mortels, et certaines particularités reflètent une partie du savoir-faire et des traditions que les artisanes marocaines perpétuent de génération en génération…proposant à la vente de nombreux modèles de tapis berbere pas cher visant à vous faire faire une économie.

S’ils sont confectionnés pour apporter de la chaleur et du confort à la famille, ils le sont aussi pour chasser les mauvais esprits, pour cela, les tisseuses marocaines brûlent légèrement quelques brins de la laine des tapis. Si ces traces de laine brûlée sont encore bien visibles sur les pièces anciennes du Maroc, il en est autrement pour les modèles les plus récents.

Vous avez le sens du détail et avez sans doute déjà remarqué la présence d’une frange sur une seule extrémité d’un tapis, cette particularité caractérise les pièces marocaines dans leur ensemble, mais en ce qui concerne les pièces berbères, cette frange nous ramène à une utilisation par les nomades de l’Atlas marocain, dans ces régions montagneuses au climat froid, ces tapis en laine épousaient la forme allongée des tentes, faisant office de couvre-sols, les tapis n’avaient alors qu’une seule extrémité visible, celle qui porte les franges, souvenez-vous de ce détail.

Ces franges qui dépassent sur un seul côté des tapis surprennent parfois les clients occidentaux de par le style, certains pensant à un défaut de fabrication d’une pièce dont les nœuds se seraient dénoués, mais il n’en est rien car les modèles confectionnées à la main par les artisanes berbères sont parfaitement nouées et au style unique.

Cela n’empêche que des fils de trame peuvent légèrement dépasser, cela s’explique tout simplement par le fait que les tapis sont fabriqués entièrement à la main… ces petites imperfections sont un gage d’authenticité, et attention à ne pas succomber à l’économie.